Chèvres

Nous avons aujourd'hui un troupeau de 130 chèvres, de race Alpine-chamoisée, certifiées en Agriculture Biologique. Les chèvres sortent de la fin mars à début Novembre dans les pâturages et pré-bois autour de la ferme. Elles peuvent marcher plusieurs heures par jour dans leurs vastes parcours de la Haute-Pierre à 900m d'altitude.
Les chèvres se nourrissent essentiellement dans les pâtures et avec un complément en fourrage. Lors de la traite que nous effectuons deux fois par jour, nous leur distribuons des céréales bio afin de garantir un niveau convenable de production laitière. Nos chèvres donnent en moyenne 650L de lait par an et nous espérons atteindre 800L dans les années à venir. Nos chèvres ne reçoivent ni sous produits industriels ni aliments susceptibles de contenir des OGM.

En 1999, l'incendie de notre chèvrerie nous a contraint à reconstituer intégralement notre troupeau. Nos chèvres sont venues tout droit du Vercors, d'une chèvrerie de haut niveau génétique et surtout sanitairement indemne des principaux fléaux qui peuvent toucher le cheptel caprin français. Nous nous sommes efforcés de conserver cet atout en ne faisant plus rentrer d'animaux de l'extérieur, et nous sommes donc un des rares troupeaux français à être totalement indemne du retrovirus dit "du gros genou".

Pour cela nous inséminons tous les ans une vingtaine de nos meilleures chèvres,        desquelles nous gardons quelques boucs et bien sûr de belles chevrettes issues d'insémination. En France, à 99% du temps, les inséminations se font sur chaleur provoquées suite à l'injection d'hormones. Aux Embetschés, nous le faisons sur chaleur naturelle. Cela nous prend beaucoup plus de temps car il faut beaucoup de surveillance et de suivi mais c'est bien sûr beaucoup plus en adéquation avec nos valeurs.

La gestation des chèvres dure 5 mois, nous avons souvent un lot qui met bas en Novembre-Décembre et un autre en février-mars. La chèvrerie se transforme alors en vraie pouponnière puisqu’en l’espace de 15 jours il faut nourrir parfois une centaine de nouveaux-nés au biberon ! Seuls les meilleurs mâles sont gardés pour l'élevage. Nous gardons en général tous ceux issus d'insémination car nous avons souvent des demandes d'autres élevages. Sinon, les mâles ont moins de chance que les femelles, puisqu'ils finissent en général dans les étals du Cellier ou en Baekaoffa... Nous gardons en revanche toutes les femelles; une trentaine en renouvellement pour notre troupeau et les autres pour d'autres élevages.